Pratiques

L'ADN du domaine consiste en une remise en questions permanente, car nous travaillons avec le vivant, et chaque millésime est différent.

 Notre pratique nourrit notre réflexion et inversement, ceci nous conduisant à faire évoluer nos gestes en permanence, avec le souci

de demeurer à l'écoute de la vie et du végétal dans toute sa diversité. Dans les grandes lignes, voici où nous en sommes à ce jour.

Taille

C'est pour nous un geste majeur de la vie du vigneron, que nous ne déléguons pas. Nous l'effectuons en deux fois:

1) Décembre-janvier : pré-taille et brûlage des sarments à la brouette

2) Février-Mars : taille proprement dite. Les souches malades sont identifiées, repérées et taillées à part.

Notre crédo - merci Gérard Gauby - : "La taille c'est très simple, c'est chaque souche qui te dit comment la tailler".

Culture

Automne-Hiver

  • Apport après vendanges d'une fumure organique d'entretien, à la fois végétale et animale, afin de compenser les prélèvements des bois de taille et des raisins. Origine végétale pour la texture du sol, animale pour l'activité biologique.
  • Enherbement naturel permanent, afin de décompacter les sols, favoriser l'activité biologique et la biodiversité.

Printemps jusqu'au tout début de l'été :

  • Travail superficiel avec des côtes de melon, profondeur < 15 cm.
  • Intercep de type raseuses ou décavaillonage léger
  • Disques émietteurs au besoin (Cultidoc).
  • Enherbement un rang sur 4 et tonte pour faciliter le passage du tracteur dans le cadre des traitements
  • Pioche de finition sur le rang (houe).

Travaux en vert

Epamprage manuel systématique sur toutes les parcelles, une à trois fois selon les besoins.

Ebourgeonnage plus ou moins sévère, plutôt moins que plus, afin d'aérer et harmoniser les souches, en fonction de leur vigueur.

Ecimage le plus léger possible, à la main, à la cisaille.

Récolte

C’est notre ressenti qui nous guide au moment de prendre les décisions. Pour estimer la date de récolte, nous nous basons sur notre sentiment lorsque nous goutons les raisins, sans effectuer d’analyse de maturité. Dès que l’émotion est au rendez-vous, l’équipe de 8 coupeurs est mobilisée pour récolter, dès le lendemain. Ceci impose à l’équipe une astreinte annuelle d’environ 6 semaines, alors que seulement 2 seront de travail effectif.

Nous aimons les vendanges précoces, au moment où le fruit, croquant, n’est pas encore sur mûr. C’est sa fraîcheur, sa vitalité, qui assurera au vin un long vieillissement au cours duquel il se bonifiera.

Vinification et élevage

L’objectif premier de la cuvaison est la fermentation, uniquement avec les levures indigènes, sans correction de degré, d’acidité ni enzymage. Nous ne privilégions pas l’extraction ; les durées de cuvaison sont donc plutôt courtes, entre une et deux semaines.

L’élevage a pour but d’affiner le vin, de révéler son potentiel sans le fatiguer. Il est mené avec des doses de soufre très faibles, jugées cependant nécessaires afin de préserver la pureté d’expression du vin dans le temps. Il s’effectue en foudres et demi-muids de plusieurs vins, car nous recherchons avant tout la finesse et les textures aériennes, sans aromatisation.